LA CFTC POLICE MUNICIPALE AUX COTES DE CEUX QUI NOUS PROTEGENT !

Dans un télégramme adressé aux Préfets le 4 juin dernier, le Ministre de l’intérieur, Gérald DARMANIN, évoque « le développement de faits extrêmement violents » liés sans doute « à la crise sanitaire ».

Avec une augmentation de 28 % des violences à l’encontre des services de sécurité, de santé et de secours, la police municipale, troisième force de sécurité en France n’échappe pas à cette recrudescence.

Fortement impliquée aux côtés de ces représentants de proximité, la CFTC-PM (CFTC Police Municipale) accompagne les policiers municipaux dans la préservation d’un équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Pour mieux comprendre le quotidien de ces agents, cerner les enjeux sociaux et les actions menées par la CFTC, nous avons rencontré, David MESERAY, Président de la CFTC-PM, vice-président de la Fédération des Agents Territoriaux et élu au Comité Technique dans sa collectivité qui nous livre son témoignage.

« Je me suis engagé dans le syndicalisme par nécessité car notre profession est depuis des années la grande oubliée des institutions. » 

Depuis la Loi n° 99-291 du 15 avril 1999 relative aux Police Municipales dite « Loi Chevènement » la police municipale aimerait enfin obtenir une reconnaissance significative avec une amélioration du volet social. Cette revendication n’est pas nouvelle, et commence à dater, mais le manque de reconnaissance demeure. Chaque fois qu’un drame survient dans nos rangs, on remet cela sur la table sans réel changement ni prise de conscience…

« Ce qui se passe ici se passe partout en France »

David exerce sa profession de policier municipal Aulnay-sous-Bois, en Seine Saint Denis, où il est fortement impliqué. Comme il le relève lui-même, ce qui se passe à Paris et en région parisienne se passe partout en France… Le danger est omniprésent mais on ne se méfie pas assez ! En témoigne la récente et particulièrement violente agression de la Policière Municipale de la Chapelle-sur-Erdre où personne n’aurait pu imaginer le drame qui allait se dérouler.

Pour bien comprendre cette situation, il faut savoir qu’en France la gestion de la police municipale incombe aux collectivités territoriales et plus précisément aux maires donc dès que vous interpelez un ministre il vous renvoie vers les collectivités territoriales et leurs responsabilités… On le constate notamment sur la question relative au port d’une arme létale qui est dépendante de la seule décision du maire.

Comme aime à le rappeler David, « comment défendre les citoyens sans être en mesure de se défendre soi-même ? ». A la CFTC-PM, « On estime qu’un maire qui souhaite créer une police municipale doit armer ses policiers ou renoncer à son projet ».

« Nous sommes et souhaitons rester le partenaire social de la collectivité. »

Demeurer le trait d’union entre l’agent et sa hiérarchie nécessite de pratiquer un dialogue social respectueux et constructif. Les collègues de David ne s’y trompent pas et la perception qu’ils ont de la CFTC-PM est sans ambiguïté. « Ils nous voient comme un syndicat honnête, libre et indépendant qui ne cherche pas le conflit. Certains leur reprochent de ne pas être dans la rue mais David leur répond par la signature de la CFTC « pouvoir s’opposer, toujours proposer ! ».

En témoigne leur opposition relative à la loi sur la transformation de la fonction publique où la CFTC et les autres organisations syndicales ont unanimement dénoncé la casse de la fonction publique, la contractualisation des agents du service public, la suppression des commissions administratives paritaires mais le maintien de l’organe de sanction…

Ou encore le rassemblement organisé à Aulnay-sous-Bois le jeudi 3 juin 2021 à l’initiative de la CFTC Police Municipale afin de montrer le mécontentement des Policiers Municipaux relatif à la Loi « pour une sécurité globale préservant les libertés » qui prévoyait à son origine un élargissement des compétences des Policiers Municipaux signe d’une véritable reconnaissance de la profession.

Or le Conseil Constitutionnel a décidé de censurer et supprimer une partie, voire tout ce qui concernait la Police Municipale. « Ce rassemblement n’avait pas pour but de perturber l’ordre public. Juste marquer le coup et témoigner de l’incompréhension des collègues sur ce recul constitutionnel. D’ailleurs, le Maire était à nos côtés. »

« La difficulté c’est que les collègues ne réalisent pas. »

Malheureusement, la difficulté principale tient dans le fait que les collègues de David ne réalisent pas assez combien il est important d’être impliqués et d’anticiper les changements à venir. Plus que jamais, il est essentiel de rester unis et solidaires pour soutenir des revendications fortes et légitimes.

Parmi les points sur lesquels la CFTC-PM est fortement engagée figurent notamment :

  • La demande de la gratuité des transports en Ile de France pour les policiers municipaux qui leur est déjà accordée en Auvergne, en Haut de France et en région PACA. Une demande adressée par la CFTC-Police Municipale à Valérie PECRESSE, Présidente de la région Ile-de-France, en 2018 et restée hélas sans réponse alors qu’elle avait annoncé que 12 000 nouveaux policiers nationaux allaient pouvoir en bénéficier. Mais quid des Policiers Municipaux ? Une nouvelle demande lui a été adressée début juin par la CFTC-PM

  • La création d’une école de Police Municipale Régionale en Ile de France La CFTC-PM souhaiterait qu’elle puisse voir le jour en Seine Saint Denis et plus précisément à Aulnay-sous-Bois. Sa création a été annoncée par Valérie PECRESSE, Présidente de la région Ile de France, mais la localisation envisagée pour son implantation n’est pour l’instant pas encore connue.

  • L’intégration des primes dans l’assiette des cotisations pour la retraite. Aujourd’hui, les Policiers Municipaux perçoivent des primes qui ne comptent pas pour le calcul de la retraite (prime spéciale police, Indemnité d’Administration et de technicité (IAT) Autant dire que la différence entre le traitement mensuel perçu et le montant de la retraite qui sera versée est plus que significative !

  • L’armement et dotation en moyens de protection individuels et collectifs des Policiers Municipaux rendus obligatoires mais également la mise en sécurité des Postes de Police Municipale.

  • Le Régime indemnitaire des Policiers Municipaux avec la mise en place du RIFSEEP (Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions des Sujétions de l’Expertise et de l’Engagement Professionnel) pour l’ensemble des policiers municipaux.

  • Attribution des nouvelles cartes de police pour les policiers municipaux pourtant mises en place depuis décembre 2012 pour nos collègues nationaux

Comme vous pouvez le constater, la CFTC-PM est engagée aux côtés de ces primo-intervenants que constituent les policiers municipaux.

La Police Municipale a progressivement rempli les missions de la Police Nationale sans réellement obtenir de reconnaissance malgré le rôle fondamental qu’elle joue au quotidien pour garantir la paix et juguler la violence exponentielle de notre société

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à vous rapprocher de la CFTC-PM ou de votre département afin de découvrir comment soutenir, améliorer et préserver l’équilibre de vie de ces policiers de proximité.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour rester informés, abonnez-vous à notre fil d’actualités

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour rester informés, abonnez-vous à notre fil d’actualités