SE FORMER POUR LES AUTRES

Initiation au Droit du travail, Communication, sans oublier la première des formations, la FIME, se former c’est s’engager, donner du temps, de l’attention, finalement c’est s’impliquer. On se demande donc parfois si une formation en vaut la peine. Sandra Dewelle est projetée Déléguée Syndicale juste avant la crise du Covid et rentre immédiatement dans l’action syndicale sans passer par la case formation (excepté une formation le CSE et une autre sur la CSSCT via la direction) ; pourtant assez rapidement elle souhaite se former. C’est comme ça qu’elle découvre la nécessité de passer par la FIME.

Sandra est assistante commerciale chez SGS France, le Leader mondial de l’inspection, du contrôle, de l’analyse et de la certification, aux 94.000 collaborateurs dans le monde, dont 2.800 en France. Nous la rencontrons avant et après la formation. Elle partage avec nous ses attentes et se confie sur ses perceptions et motivations. Au départ elle n’est pas convaincu à 100% de trouver son compte dans cette formation, mais y aller est un incontournable.

« je me suis dit que ce serait bien d’acquérir un savoir me permettant de mieux défendre mes collègues ».

Quand elle reçoit le mail présentant le catalogue formations URIF CFTC https://www.cftc-idf.fr/formation-syndicale , elle se dit que c’est le moment de se former pour continuer de travailler efficacement et mieux défendre ses collègues.

« J’avais peur de m’ennuyer et en fait pas du tout! »

En démarrant la formation elle ne sait pas trop à quoi s’attendre. Sandra est dans le bain depuis longtemps : elle a signé et négocié des accords (travail de nuit, annualisation, NAO…) et a su tenir bon et taper du poing sur la table face à une direction peu conciliante. Elle a réussi à obtenir le versement d’une prime pour les salariés intervenant sur les sites EDF et avoir gain de cause par rapport aux congés payés et le délai de prévenance à respecter pour les parties prenantes.

Dès les premières heures, elle y trouve son compte. Elle considère que pas mal de conditions sont réunies pour que cette expérience lui soit positive et utile.

« C’est essentiel d’être formé par des personnes qualifiées et expérimentées »

C’est une salariée de la Société Générale qui dispense la formation FIME. Sandra apprécie son professionnalisme, sa capacité à exposer des cas concrets. Elle a une expérience significative dans le syndicalisme puisqu’elle est engagée depuis plus de 20 ans. Autre élément intéressant pour Sandra : elle est aussi aux prudhommes ; un atout pour la stagiaire qui s’intéresse à ce sujet depuis longtemps. Sandra le dit clairement la formatrice a des expériences qui se complètent et lui confèrent une vraie crédibilité et une totale légitimité.

« j’ai rencontré des gens extérieurs à mon entreprise et découvert les problèmes auxquels ils sont confrontés »

Suivre une formation en présentiel en cette période, c’est très enrichissant. Sandra apprécie la variété des profils des stagiaires. Tous différents comme leur environnement de travail. Le contact passe vite. Les échanges vont bon train.

« On peut poser les questions qu’on veut, il y a un véritable échange »

C’est presque une formation individuelle ou du moins en petit groupe. Nous étions quatre raconte Sandra. Mais cela ne nuit pas à la qualité de l’enseignement, bien au contraire. Selon elle chacun à l’occasion de poser ses questions facilement sans retenue.

« On a même reçu la visite de la présidente de l’ud 78 qui est venue nous saluer »

Se former c’est aussi découvrir le fonctionnement de la CFTC et mieux saisir la complexité propre aux syndicats. Lorsqu’elle a adhéré, Sandra a eu du mal à comprendre le fonctionnement interne et à comprendre la différence entre la CFTC, les Unions, les syndicats nationaux. Elle se percevait surtout adhérente à la CFTC. Ce qui a créé la confusion pour elle c’est le manque d’explication lorsqu’elle recevait des documents, par exemple quand elle a adhéré, elle a reçu un document du SICSTI et pas de la CFTC. Désormais tout cela est plus clair pour elle, nous dit-elle. La formation FIME lui a permis de saisir les arcanes de la CFTC. Rien que pour cela, selon elle, la FIME est utile.

« Je suis très satisfaite et je recommanderai cette formation à mes connaissances sans hésiter. »

Mieux connaitre son syndicat, de façon moins survolée, plus en détail finalement était son but principal, il est atteint. Sandra a aussi trouvé des clés pour soutenir et accompagner ses collègues. Cette formation est aussi l’occasion d’envisager de nouvelles perspectives et de construire son parcours formation. Sandra est aujourd’hui représentante du personnel et assure cette mission avec brio. Pourtant elle ne souhaite pas tomber dans les travers de ses homologues et stagner. Elle aimerait pouvoir offrir plus, aider encore, elle cherche comment évoluer et découvrir les opportunités à moyen terme que le syndicat peut lui offrir. S’investir et d’apprendre sont deux axes qui lui permettront d’aller plus loin.

« S’inscrire a été très simple et très rapide »

  1. Sandra se connecte sur le site internet de l’urif cftc www.cftc-idf.fr et suit les étapes pas à pas dans la rubrique formations : https://www.cftc-idf.fr/sinscrire-a-une-formation-syndicale
  2. Elle est contactée par l’Union Départementale 78 à qui elle pose ses questions (au sujet de la formation et des aspects pratiques : horaires, accès, parking, justificatif employeur à transmettre)

« je suis dans les starting-blocks pour en suivre d’autres et continuer »

Sandra a déjà prévu de suivre une formation d’initiation au Droit du Travail. Elle l’avait déjà en tête en démarrant la FIME qui est un point de passage obligatoire avant de définir son parcours de formations. Sandra est bien décidée à en suivre d’autres et à continuer d’apprendre encore et toujours. Elle a cette soif d’apprendre. Car nous dit-elle : « j’aime apprendre, et surtout défendre mes collègues car je ne supporte pas l’injustice »

Bon à savoir : le congé de formation économique, sociale et syndicale

Ce congé permet d’acquérir des connaissances économiques, sociales ou syndicales, dans le but d’exercer des responsabilités syndicales. Le congé de formation économique, sociale et syndicale est ouvert à l’ensemble des salariés (adhérents ou non à un syndicat). Aucune condition d’ancienneté n’est nécessaire pour en bénéficier. Chaque salarié peut prendre un ou plusieurs congés, dans la limite de 12 jours par an. La durée de chaque congé ne peut pas être inférieure à une demi-journée. Cette durée peut être portée à 18 jours pour toutes personnes ayant des responsabilités syndicales et/ou pour celles qui animent des formations (C. trav. Art.L.2145-7 et L.2145-10).

Le salarié bénéficiant du congé de formation économique sociale et syndicale a droit au maintien total par l’employeur de sa rémunération. Ce maintien de salaire est prévu par l’article L.2145-6 modifié par l’ordonnance nº2017-1386 relative à la nouvelle organisation du dialogue social et économique dans l’entreprise et favorisant l’exercice et la valorisation des responsabilités syndicales.

Si vous aussi vous souhaitez vous former, suivez notre actualité formations ici

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour rester informés, abonnez-vous à notre fil d’actualités

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour rester informés, abonnez-vous à notre fil d’actualités