Comment une apprentie défend ses droits ?

Face à une difficulté dans son entreprise, on se sent vite seul et démuni, sans savoir vers qui se tourner. Alors quand on est apprenti, réagir lorsqu’un droit est bafoué par son employeur peut s’avérer déstabilisant, pire encore si on se sent bien dans son travail et surtout avec ses collègues.

Salaire tronqué, paie à la petite semaine, la jeune femme perd confiance.

Meryem n’a que 19 ans quand elle démarre son apprentissage dans cette TPE de Bobigny. Elle est heureuse dans ce salon de coiffure, les clientes l’apprécient, ses collègues également et les relations avec sa responsable sont positives. 
Tout est réuni pour que cette formation professionnelle se déroule bien. Elle vit encore chez ses parents ; un bon démarrage dans la vie s’annonce.

Pourtant assez rapidement Meryem est confrontée à un problème et se sent mal à l’aise. Elle constate que son salaire ne lui est pas payé entièrement “elle me donnait 300 euros, une autre fois 200 euros et je n’avais pas de bulletin de paye”.

“Tu dois te battre pour tes droits”
Sa maman l’encourage à réagir et à se battre. Meryem a du mal à se décider, elle ne sait pas comment faire. L’inquiétude grimpe en même temps que les sommes dues. Les relations familiales commencent même à être impactées par ce non-respect du droit des salariés par l’employeur.

Alors en alternance, Meryem se confie à son Directeur d’école. Il appelle la patronne du salon et met un terme au contrat. Il encourage la jeune femme à faire valoir ses droits. Totalement perdue et désorientée, Meryem se rend devant le tribunal des prud’hommes en espérant y trouver de l’aide…

Sur place, on lui conseille de se rapprocher de son syndicat de salariés et c’est ainsi qu’elle franchit les portes de l’Union Départementale 93 où elle rencontre Joséphine, la Secrétaire Génale de l’Union départementale CFTC du 93 et Conseillère du salarié.

Joséphine écoute Meryem, récapitule avec elle les sommes dues, se rend disponible par téléphone, dès réception d’une lettre ou d’un recommandé. Elle s’occupe de son problème sans relâche. Pour la jeune apprentie de 19 ans, le soutien des équipes de la CFTC est total et leur disponibilité complète.

« J’ai eu beaucoup de soutien. Si jamais je venais à avoir des problèmes à nouveau je sais que je reviendrai vers la CFTC. »

“C’est encore mieux qu’un avocat”
Meryem est vraiment satisfaite d’avoir été accompagnée par les équipes de la CTFC. La jeune femme en est convaincue, faire appel à un avocat lui aurait couté beaucoup plus cher et l’implication humaine n’aurait pas été la même. Les équipes CFTC l’ont accompagnée à chaque instant. 

La procédure aux Prud’homme aura duré plus d’un an et demi, Meryem a enfin obtenu ses salaires non payés et a repris confiance en elle pour bien affronter la vie professionnelle.

La jeune coiffeuse est diplômée, mariée, mère de famille et a trouvé un emploi où elle s’épanouie. “Chaque heure travaillée est payée ou récupérée, Je suis soulagée, j’ai retrouvée confiance et les tensions avec ma famille ont disparu”.

Meryem nous confie qu’elle voudrait maintenant à son tour pouvoir aider les autres.

Agir ça commence par voter aux élections 
Faire entendre sa voix n’est pas toujours simple. Etre bien accompagné par un syndicat qui partage des valeurs de respect et de justice sociale est important. Si vous aussi vous travaillez dans une TPE, découvrez qui peut vous représenter pour faire évoluer vos droits.

https://tpe2021.cftc.fr/

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour rester informés, abonnez-vous à notre fil d’actualités

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Pour rester informés, abonnez-vous à notre fil d’actualités