LA RÉFORME DES RETRAITES

Vers un système universel à point.

La réforme des retraites est un sujet brûlant auquel Emmanuel Macron souhaite aujourd’hui s’attaquer. L’objectif du gouvernement est de simplifier le système actuel et mettre en place des règles communes à tous. Pour mener à bien cette réforme Jean-Paul Delevoye a été nommé, Haut-commissaire à la réforme des retraites et ce dernier a présenté en juillet son rapport au Premier Ministre avec les premières préconisations. Il est grand temps de revenir sur les grandes lignes de cette réforme et son calendrier.

QUELS CHANGEMENTS ?

Le système de retraite actuel est jugé par beaucoup comme complexe et parfois inéquitable.
La volonté du gouvernement est donc de simplifier le système existant avec un double enjeu, ne pas toucher à l’âge de départ à la retraite aujourd’hui de 62 ans et ne
pas toucher au montant des pensions.
En juillet dernier Jean-Paul Delevoye a remis au Premier Ministre son rapport avec sa préconisation phare, à savoir la création d’un système universel à points qui induit la disparition progressive des régimes spéciaux.

QUELLES SONT LES GRANDES PROMESSES DE CE NOUVEAU SYSTÈME UNIVERSEL ?

  • Le système universel se veut plus simple, commun à tous les Français et ayant pour objectif de supprimer les 42 régimes de retraite actuels. Il reposera sur des règles communes à tous : salariés du privé et du public, fonctionnaires, indépendants, professions libérales, agriculteurs, parlementaires, etc. ce qui sous-entend que les régimes spéciaux seront fermés. Enfin, le système sera financé par répartition, comme dans le système actuel.
  • Le système universel à cet objectif en ligne de mire «1 € cotisé vaudra les mêmes droits pour tous ». Il se veut également plus solidaire notamment vis-à-vis des femmes.
  • Sécurisation dans le temps : la valeur du point ne pourra pas baisser dans le temps. Sa revalorisation tiendra compte de l’évolution des revenus moyens en France, plus favorable que l’inflation.
  • Un système qui valorisera l’activité. Comme aujourd’hui, les assurés auront la liberté de partir en retraite à 62 ans. L’âge de départ moyen à la retraite en 2018 est déjà de 63,4 ans. L’âge du taux plein sera le même pour tous, contrairement à aujourd’hui où il est compris entre 62 et 67 ans en fonction de la durée travaillée, pénalisant ainsi les personnes ayant eu des carrières courtes ou hachées.
  • Grâce à une redistribution accrue, le système universel devrait être plus avantageux pour les personnes ayant connu des durées d’activités courtes ou fréquemment interrompues ou encore aux personnes n’ayant pas connu de fortes évolutions de leurs revenus dans le temps.
  • La transition vers le nouveau système sera très progressive pour les générations concernées. Le système universel pourra s’appliquer au plus tôt aux personnes nées en 1963. Le système garantira 100 % des droits acquis au 1er janvier 2025.

UNE RÉFORME SOUS HAUTE TENSION

Les syndicats, dans leur rôle, sont particulièrement vigilants. D’ores et déjà de nombreuses manifestations se sont déroulées et sont encore prévues. Le gouvernement affirme vouloir prendre son temps. Pour sa part, la CFTC s’inscrit comme toujours dans une démarche de dialogue constructif, toutefois elle est particulièrement vigilante sur l’âge pivot du départ à la retraite et la décote qui peut être induite. Il y a donc encore énormément de travail, énormément de négociations dans toutes les professions pour atteindre un équilibre, mais la CFTC est prête à relever ce défi.

Un calendrier qui se précise

3 phases sont à retenir. La première phase dite « de concertation » a débuté en septembre avec les partenaires sociaux.
Elle se prolongera jusqu’au début du mois de décembre 2019. Cette consultation des partenaires sociaux sera accompagnée d’un dispositif de consultation et de participation citoyenne qui inclut :

  • Une plateforme numérique de consultation ouverte depuis début octobre : participez.reformeretraite.gouv.fr, afin que tous les citoyens puissent échanger et débattre à la fois autour des grands principes de la réforme et sur les préconisations du rapport du Haut-commissaire.
  • Des réunions publiques autour d’élus locaux ou d’associations qui vont également être organisées dans les territoires jusqu’en décembre 2019. Le Président Macron a lui-même lancé le débat sur la réforme des retraites à Rodez le 3 octobre dernier.

2ème phase : Le projet de loi sera présenté en Conseil des ministres à la fin de cette année.

3ème phase : Le projet de loi sera soumis au vote du Parlement d’ici la fin de la session parlementaire de l’été 2020.