RENCONTRE AVEC ALEXIS D’ANDIGNÉ ET REBECCA MARTIN DE MALAKOFF MÉDÉRIC HUMANIS POUR LES PROCHAINES ÉLECTIONS CSE

La mutation du Groupe Malakoff Médéric répond à la nécessité de s’adapter pour un organisme paritaire. Le secteur des institutions de retraite et de prévoyance est en pleine mutation suite à des réformes majeures et des regroupements massifs dont le dernier en date est le rapprochement du groupe Malafoff Médéric, avec le groupe Humanis. Nous avons pu échanger avec Alexis d’Andigné, Responsable syndical CFTC au Comité Central Entreprise et Rebecca Martin, Déléguée syndicale Centrale qui nous expliquent l’importance de leur rôle dans l’accompagnement de cette transformation. Depuis le 1er janvier 2019, Malakoff Médéric et Humanis se sont unis pour devenir Malakoff Médéric Humanis, un seul et même acteur paritaire et mutualiste de la protection sociale. Cette stratégie de rapprochement sur le secteur a été de plus en plus fréquente au cours de ces dernières décennies.

« Nous assistons à une concentration des principaux acteurs depuis quelques années. Notre marché est très concurrentiel et ces rapprochements sont inévitables. Les fusions sont souvent sources d’inquiétudes pour les équipes, il est essentiel de garantir la pérennité de notre modèle de retraite et de prévoyance. C’est pourquoi, en tant que syndicat responsable, nous avons fait le choix d’accompagner ce rapprochement avec toute la vigilance que cela implique. Le modèle du paritarisme français est unique et il nous est envié à travers le monde, notre mission est également de contribuer à le préserver au sein de notre secteur qui est très particulier » précise, Alexis d’Andigné.

Les institutions de retraites et de prévoyance telles que le groupe Malakoff Médéric Humanis, regroupent deux grands métiers : d’une part, la retraite complémentaire et la santé et la prévoyance d’autre part.

« Une priorité : garantir les équilibres »

« Nous sommes une structure paritaire. Cela implique donc une gestion commune entre les représentants du patronat et les représentants des salariés. Dans des contextes budgétaires de plus en plus contraints, notre gestion fonctionne et fonctionne même très bien avec un mot d’ordre : garantir l’équilibre de l’ensemble »

La mission de Monsieur d’Andigné et de Madame Martin ainsi que de tous les représentants CFTC du groupe est d’accompagner cette mutation et de faire valoir la voix et les positions de la CFTC.

« La CFTC fait partie du canal historique du groupe et constitue un maillon essentiel dans sa construction et son évolution. »

« Les valeurs de notre syndicat sont, entre autres, la construction et le dialogue. Elles nous permettent d’être des partenaires crédibles et solides dans un échange ouvert mais déterminé pour garantir les acquis de notre modèle. Nous devons veiller à maintenir ce qui fonctionne et à ce que les engagements pris soient respectés. Ce qui fonctionne ne soit pas détruit.»

Quand on interroge Alexis d’Andigné sur les raisons de son engagement auprès de la CFTC, il nous explique : « Je côtoyais des personnes, en qui j’avais la plus grande confiance, qui étaient engagées au sein de la CFTC. J’ai pu découvrir les valeurs de la CFTC auxquelles j’adhère complétement. Moi qui n’avais pas au départ, évolué dans un environnement syndicaliste j’ai tout de suite été séduit par le syndicalisme de construction que porte la CFTC. Ce n’était pas un syndicalisme d’opposition politique systématique et cela me correspondait totalement. »

« L’engagement syndical prend tout son sens dans une structure paritaire »

Pour Rebecca Martin et Alexis d’Andigné il était également important de pouvoir participer activement au mode de gouvernance et au fonctionnement de l’entreprise. L’engagement syndical prend alors tout son sens dans une structure paritaire comme celle du groupe Malakoff Médéric Humanis, que l’on appelle également un groupe de protection sociale. La fibre mutualiste portée par ce groupe est essentielle dans leur engagement. Nos deux interlocuteurs soulignent également l’importance, pour un syndicaliste d’entreprise, de garder une responsabilité opérationnelle. Cet ancrage dans le quotidien de leur métier est également très important, nous expliquent-ils.

« Cela nous semble indispensable de continuer son activité, de ne pas être exclusivement dans son action syndicale et de continuer à maintenir son activité professionnelle, pour un meilleur équilibre. Dans la construction même de notre section, nous ne sommes pas des permanents, nous sommes avant tout des actifs. Nous voulons absolument garder la double casquette : professionnelle et syndicale. C’est très important car c’est la seule façon d’être au contact des réalités de l’entreprise et des vraies problématiques des collaborateurs. »

Alors à quels grands enjeux vont-ils être confrontés ?

Le premier sujet d’importance pour 2019 est naturellement l’intégration d’Humanis au sein du Groupe Malakoff Médéric. Les Directions du nouveau groupe vont soumettre, à la consultation des organisations syndicales leurs propositions d’organisation. Ce qui veut dire concrètement que les représentants CFTC au sein des instances dont ils font partie vont être particulièrement vigilants à ce que les engagements sociaux et humains qui ont été pris soient respectés. C’est-à-dire, pas de licenciements économiques, pas de déclassification, pas de mobilité forcée hors bassin d’emploi… L’autre point de vigilance est de veiller à ce que ce qui fonctionne bien dans l’organisation soit maintenu. Lors de rapprochements comme celui de Malakoff Médéric et Humanis la tentation est forte de bouleverser les équilibres. Il est donc très important de veiller à ne pas détruire ce qui fonctionne et à ne pas nuire à l’ensemble. Les Directions et services qui fonctionnent bien ne doivent pas être déstabilisés. La CFTC demande une vraie transparence des critères d’arbitrage. Il faut profiter du rapprochement pour promouvoir les équipes et les organisations qui ont démontré leur efficacité.

L’autre grand sujet 2019 est la mise en place dans le cadre des ordonnances Macron du CSE (Comité Social et Économique) qui devient la nouvelle instance représentative du personnel regroupant les compétences du CE (Comité d’entreprise), du CHSCT, et des délégués du personnel.

Enfin, dernier point également très important, les élections des représentants du personnel en juin prochain.

« La CFTC répond présente »

La CFTC est donc très active et répond présente dans le cadre d’un calendrier social de l’entreprise bien chargé. Au programme : la négociation annuelle obligatoire sur les salaires (NAO), l’intéressement, le PERCO, la durée du temps de travail, et bien d’autres sujets encore. Pour l’ensemble des différents sujets les représentants de la CFTC sont dans leur rôle de force de propositions.

Le télétravail : une réussite proposée par la CFTC au sein du groupe Malakoff Médéric.

La CFTC est toujours dans son rôle quand elle propose des sujets qui sont au coeur des préoccupations des salariés. Le télétravail fait partie de ces sujets. Monsieur d’Andigné et Madame Martin nous en disent plus. « Comme nous sommes à l’écoute des collaborateurs, nous avions identifié un besoin croissant pour la mise en place du télétravail. Nous avons été particulièrement moteur sur ce sujet. De discussions en négociations, nous avons su fédérer autour de ce projet qui a été mis en place au sein de l’entreprise et qui est aujourd’hui un véritable succès. Nous sommes fiers de dire que la CFTC a été particulièrement moteur sur ce sujet que nous considérons comme une véritable avancée sociale.

Les élections de juin : le prochain grand rendez-vous à ne pas manquer.

La prochaine grande échéance pour les membres de la CFTC du nouveau groupe, Malakoff Médéric Humanis est l’élection des représentants syndicaux du mois de juin prochain.
« Nous sommes tout à fait mobilisés et déterminés à ce que la CFTC prenne toute sa place au sein de ce nouveau groupe » déclarent en coeur Alexis d’Andigné et Rebecca Martin.
« La réussite est une affaire collective, d’équipe, nous avons la chance d’avoir parmi nous des personnes très engagées réparties sur l’ensemble du territoire et qui assurent ainsi un équilibre Paris et Province. Nous ne pourrons pas citer tout le monde et nous nous en excusons, mais nous pouvons citer :
• Jacky Lamirault et Teddy Jacques à Saint-Jean-de Bray
• Anne Avrillault à Blois
• Thierry Heim (actuel Trésorier du CCE MMH) ,
Jerôme Biret et Philippe Gesnel à Laffitte
• Abdellah Hadef, et Sandrine Beyeler à Saint-Quentin
• Florence Parent, Jean-Robert Schmitt, Philippe
Dervieux à Chevaleret
• Vincent Guérinet et David Robe à Lille

Quelques chiffres

LE GROUPE MALAKOFF MÉDÉRIC HUMANIS  : UN GROUPE …

… qui a une connaissance fine des entreprises, des salariés et des conventions collectives sociales

426 000 entreprises clientes en assurance

10 M de personnes assurées (collectif et individuel)

93 branches nous recommandent : 82 en Prévoyance, 54 en Santé

… et qui accompagne les entreprises en retraite complémentaire

600 000 entreprises clientes

8,3 M de personnes cotisantes

7,1 M d’allocataires

36,5 Mds € d’allocations versées

… présent sur tout le territoire

12 000 collaborateurs

200 sites, délégations, agences/boutiques