HANDICAP : LE GOUVERNEMENT
DÉVOILE LES GRANDES LIGNES DE
SON PLAN POUR L’EMPLOI.

Le handicap a été présenté comme une priorité du quinquennat. En septembre dernier le gouvernement a créé un comité interministériel du handicap (CIH) avec plusieurs priorités dont l’une consacrée à l’emploi. Murielle Pénicaud, Ministre du travail et Sophie Cluzel, Secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées ont présenté les résultats de la première phase de concertation centrée sur l’obligation d’emploi. Cette phase devrait aboutir à des dispositions législatives dans le cadre de la loi « Avenir professionnel ».

Des chiffres qui en disent long.

En 1987, une loi imposait une obligation d’emploi de 6% de travailleurs handicapés dans le secteur privé. 30 ans après, seulement 3,4% des emplois du secteur privé sont occupés par des travailleurs en situation de handicap. Et dans la fonction publique, ils représentent 5,2% des agents publics. Un tiers des entreprises compte moins de 2% de travailleurs handicapés dans leurs effectifs. Autre chiffre alarmant, 500 000 personnes handicapées sont inscrites à Pôle emploi.
Le constat est accablant.

Bilan d’une première concertation.

Suite au comité interministériel du handicap, une première phase de concertation s’est tenue du 15 février – 31 mai 2018. Elle a réuni les partenaires sociaux, les associations représentatives des personnes handicapées, la commission emploi du cncph, des branches professionnelles, les acteurs du service public de l’emploi et ceux du médico-social, des chefs d’entreprises et des DRH. A l’issue de cette première étape, 2 axes ont été retenus.

Handicap

Offrir plus de souplesse, pour des entreprises plus mobilisées

L’idée est ici de simplifier et faciliter les démarches pour un employeur qui souhaite embaucher un travailleur handicapé. Un travail sera également fait afin de remobiliser les employeurs autour du travail des personnes handicapées. Pour sa part, l’Etat s’est engagé à accueillir chaque année au moins 6% d’apprentis en situation de handicap. Les collectivités territoriales et les établissements publics hospitaliers sont également incités à développer leur offre d’apprentissage.

Faciliter l’accès à l’emploi par la formation et les voies de l’alternance pour plus de sécurité et de liberté de choix

L’ambition est de faciliter l’accès aux études supérieures des étudiants handicapés. Le gouvernement souhaite également développer l’apprentissage des jeunes handicapés. Un plan d’investissement dans les compétences (PIC) prévoit sur 5 ans 1 million de formations pour des demandeurs d’emploi pas ou peu qualifiés et 1 million de formations pour des jeunes pas ou peu qualifiés, contractualisés avec les conseils régionaux.

Prochaine étape

La deuxième étape de la concertation a débuté en juin et se prolongera jusqu’en septembre 2018. Elle sera centrée autour de l’offre de services nécessaires aux employeurs et aux travailleurs. La concertation se poursuivra sur 3 points : L’offre de service et sa gouvernance ; Les impacts, le calendrier et les modalités du passage au niveau de l’entreprise ; Le critère légal exonérant certaines professions de l’obligation d’emploi. La Ministre du travail demandera au parlement une autorisation de légiférer par voie d’ordonnances pour intégrer les résultats de la concertation dans la réglementation. Le sujet de l’emploi des travailleurs handicapés est central et doit être ambitieux, nous suivrons avec beaucoup d’attention l’avancée de ces concertations. C’est naturellement un sujet sur lequel nous reviendrons.

2018-08-13T10:25:53+00:00 13 août 2018|Actualités, Emploi|